Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Ankara et Bakou vont produire un film à la gloire du criminel turc Nuri Pacha, sans lequel l’Azerbaidjan n’aurait jamais existé

Par TheArmTimes

Ankara et Bakou s'associent pour un film glorifiant Nuri Pacha, le bourreau arménien


Introduction


L'Azerbaïdjan et la Turquie s'associent pour produire un film historique intitulé "Golden Train", dont l'intrigue portera sur l'Armée islamique du Caucase et le rôle de Nuri Pacha dans la formation de l'Azerbaïdjan moderne. Cet article examinera les implications historiques et politiques de cette collaboration cinématographique.


Nuri Pacha : Un général turc controversé


Nuri Pacha (1889-1949) était un général ottoman et demi-frère du ministre de la Guerre Enver Pacha. Il a joué un rôle crucial dans la formation de l'Armée islamique du Caucase, une force paramilitaire responsable du massacre de milliers d'Arméniens à Bakou en 1918.


Le rôle de Nuri Pacha dans la formation de l'Azerbaïdjan


Après l'effondrement de l'Empire ottoman, Nuri Pacha a aidé à établir le gouvernement de la République démocratique d'Azerbaïdjan. L'Armée islamique du Caucase a joué un rôle majeur dans la prise de contrôle de Bakou et la consolidation du pouvoir de la nouvelle république.


La glorification de Nuri Pacha dans le film


Selon l'agence de presse azérie Azertac, le film "Golden Train" présentera Nuri Pacha comme un héros positif. Cela a suscité des critiques de la part des groupes arméniens, qui affirment que le film glorifie un criminel de guerre.


Les implications politiques de la collaboration


La collaboration entre l'Azerbaïdjan et la Turquie dans ce film reflète les liens étroits entre les deux pays. L'Azerbaïdjan dépend de la Turquie pour son soutien militaire et économique, tandis que la Turquie soutient les revendications territoriales de l'Azerbaïdjan sur le Haut-Karabakh.


Le négationnisme arménien


La production de ce film intervient dans un contexte de négationnisme arménien croissant en Turquie et en Azerbaïdjan. Les gouvernements des deux pays nient le génocide arménien de 1915, et les voix arméniennes sont souvent étouffées.


Les critiques des historiens


Les historiens ont critiqué les plans de ce film, affirmant qu'il s'agit d'une tentative de réécrire l'histoire et de minimiser le rôle de Nuri Pacha dans le massacre des Arméniens. Ils soulignent que Nuri Pacha était un criminel de guerre reconnu qui devrait être condamné, et non glorifié.


L'importance de la mémoire historique


Il est essentiel de se souvenir du passé et de tirer les leçons de l'histoire afin d'éviter de répéter les erreurs du passé. Le génocide arménien est un crime contre l'humanité qui ne doit jamais être oublié ou nié.


Conclusion


Le film "Golden Train" est une tentative inquiétante de glorifier un criminel de guerre et de réécrire l'histoire. Il s'agit d'un rappel de la nécessité de rester vigilant face à la négationnisme et de promouvoir la mémoire historique. La mémoire des victimes du génocide arménien doit être honorée, et les responsables doivent être tenus responsables.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...