Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Blinken met en garde contre une « tension accrue » à la frontière arméno-azérie

Par TheArmTimes

Blinken met en garde contre une « tension accrue » à la frontière arméno-azérie


Introduction


Les tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont à leur comble, le secrétaire d'État américain Antony Blinken mettant en garde contre une "tension accrue" à la frontière entre les deux pays. Ce conflit armé de longue date a attiré l'attention de la communauté internationale, alors que les États-Unis et l'Union européenne tentent de faciliter les négociations de paix.


L'appel téléphonique de Blinken à Aliyev


Blinken a contacté le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev mercredi pour souligner "l'importance de faire avancer le processus de paix entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie". Il a également averti que "les actions et rhétoriques agressives de quelque part que ce soit compromettraient les perspectives de paix".


Les inquiétudes de l'Azerbaïdjan


Selon les médias azerbaïdjanais, Blinken a tenté de dissiper les inquiétudes de l'Azerbaïdjan concernant une réunion trilatérale prévue vendredi avec le Premier ministre arménien Nikol Pachinian. Bakou craint que ces pourparlers ne soient "dirigés contre l'Azerbaïdjan".


Le rôle de l'Arménie


Blinken et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, rencontreront Pashinian à Bruxelles alors que l'Arménie se distancie de son allié de longue date, la Russie. La réunion a suscité des inquiétudes à Moscou, qui accuse l'Occident de soutenir l'Arménie.


Les accusations de l'Azerbaïdjan


Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a accusé l'Occident de s'aligner sur l'Arménie et de l'encourager à prendre des "actions déstabilisatrices". Aliyev affirme également que Blinken et von der Leyen prévoient de discuter d'une assistance militaire occidentale à l'Arménie.


L'intégrité territoriale de l'Arménie


Le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Séjourne, a déclaré que l'intégrité territoriale de l'Arménie était "aujourd'hui remise en question par l'Azerbaïdjan". Il a accusé Bakou de diffuser des "fausses nouvelles" pour attiser les tensions le long de la frontière.


La présence militaire de l'Arménie


L'Azerbaïdjan affirme que l'Arménie masse des troupes et du matériel militaire le long de la frontière en vue de "provocations militaires". L'armée arménienne nie ces affirmations, et une mission de surveillance de l'UE déployée du côté arménien a également nié tout renforcement militaire arménien.


La possibilité d'opérations militaires


Certains responsables arméniens affirment que l'Azerbaïdjan pourrait lancer des opérations militaires offensives pour faire échouer les négociations de Bruxelles. Cependant, aucune preuve concrète n'a été fournie pour étayer cette affirmation.


Conclusion


Les tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan restent élevées, et les avertissements de Blinken contre une "tension accrue" soulignent l'importance de trouver une solution pacifique. Les négociations de Bruxelles représentent un pas important vers la résolution du conflit, mais elles pourraient être compromises par des actions agressives ou par des rhétoriques incendiaires. La communauté internationale doit continuer à soutenir les efforts de paix et à faire pression sur les deux parties pour qu'elles s'engagent dans un dialogue constructif.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...