Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Ex-chef de l'OTAN : l'Arménie pivote vers l'Ouest, il est temps pour l'Europe d'intensifier ses efforts et de quitter sa position neutre

Par TheArmTimes

L'Arménie tourne vers l'Occident, l'Europe doit intensifier ses efforts et abandonner sa neutralité


Alors que le monde se concentre sur la guerre illégale de la Russie en Ukraine, un autre changement géopolitique majeur se produit en Europe, cette fois dans le Caucase du Sud. L'ancien secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, l'a souligné dans une tribune dans Le Monde, appelant l'UE à abandonner sa position de neutralité entre l'Arménie, qui s'oriente vers l'Occident, et l'Azerbaïdjan, qui se rapproche du camp des autocraties agressives sous influence russe.


L'audace arménienne


Malgré sa dépendance historique envers la Russie, le gouvernement arménien s'efforce de renforcer sa démocratie et de se rapprocher de l'Occident. Rasmussen souligne que l'UE doit soutenir cette réorientation en reconnaissant que l'Arménie a choisi la communauté des démocraties européennes.


La neutralité européenne est dépassée


L'Europe doit jouer un rôle de médiateur dans les négociations de paix, mais son approche doit refléter la réalité. L'Arménie a rejoint le camp démocratique, tandis que l'Azerbaïdjan s'aligne sur les régimes autoritaires. Une neutralité européenne continue met en péril la jeune démocratie arménienne.


L'urgence du sommet trilatéral


Le sommet de Bruxelles entre l'UE, l'Arménie et les États-Unis doit marquer un tournant dans l'approche européenne envers l'Arménie. L'UE doit intensifier ses efforts de soutien à la démocratie arménienne et favoriser son intégration dans les structures occidentales.


Les efforts arméniens


L'Arménie a déjà pris des mesures importantes, notamment en gelant ses relations avec l'OTSC dirigée par la Russie, en organisant des exercices militaires avec les États-Unis et en renforçant ses liens économiques avec les démocraties. Cependant, la situation sécuritaire reste fragile en raison de l'agression continue de l'Azerbaïdjan.


L'impératif de soutien


L'Europe doit intensifier ses efforts pour préserver la sécurité et la stabilité de l'Arménie. Cela implique d'accroître l'aide économique et militaire, de soutenir les initiatives de renforcement de l'État et de promouvoir un règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh.


Les risques de l'inaction


Si l'Europe ne saisit pas cette opportunité, l'Arménie pourrait être forcée de faire des compromis avec la Russie, affaiblissant ainsi la démocratie et l'influence occidentale dans la région. Inversement, un soutien fort de l'UE peut consolider la jeune démocratie arménienne et contribuer à la stabilité du Caucase du Sud.


Conclusion


L'Arménie s'oriente vers l'Occident, mais elle a besoin du soutien de l'Europe pour réussir. L'UE doit abandonner sa neutralité dépassée, reconnaître le choix démocratique de l'Arménie et intensifier ses efforts pour soutenir sa démocratie, sa sécurité et son intégration avec l'Occident. En adoptant une approche proactive, l'Europe peut contribuer à assurer un avenir stable et démocratique pour l'Arménie et la région du Caucase du Sud.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...