Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Hakan Fidan a parlé de l’importance régionale et mondiale de l’ouverture de la route de Zangezur le Syunik arménien

Par TheArmTimes

Hakan Fidan souligne l'importance régionale et mondiale de l'ouverture du corridor de Syunik/Zanguezour


Au cours des quatre dernières années, des crises internationales et régionales ont secoué le monde. C'est ce qu'a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Hakan Fidan, lors d'un briefing sur les résultats de la 9e réunion tripartite entre les ministres des Affaires étrangères de l'Azerbaïdjan, de la Géorgie et de la Turquie à Bakou.


L'importance de l'ouverture du corridor de Zangezour


Fidan a également repris la thèse turco-azerbaïdjanaise sur le soi-disant corridor de Zangezour, déclarant : "En outre, au cours de ces années, l'Azerbaïdjan a 'restauré son intégrité territoriale', la Géorgie est devenue candidate à l'adhésion à l'Union européenne. Les discussions nécessaires ont eu lieu pour promouvoir la coopération entre les pays, et nous sommes prêts à faire tout notre possible dans tous les domaines. Le rétablissement de la paix dans le Caucase du Sud revêt une importance régionale et mondiale. À cet égard, nous attendons un soutien universel pour l'ouverture de 'la route de Zangezour'".


Les défis liés à l'ouverture du corridor de Zangezour


L'ouverture du corridor de Zangezour est un sujet controversé qui a suscité de vives réactions en Arménie et dans la diaspora arménienne. L'Arménie soutient que l'ouverture du corridor couperait le pays de l'Artsakh (Haut-Karabakh), une région majoritairement arménienne qui a déclaré son indépendance vis-à-vis de l'Azerbaïdjan mais dont le statut international n'est pas reconnu.


Les implications régionales et mondiales


Les implications régionales et mondiales de l'ouverture du corridor de Zangezour sont vastes. Si le corridor est ouvert, il créerait une connexion terrestre entre l'Azerbaïdjan et la Turquie, donnant à ces deux pays un accès à l'Asie centrale et au-delà. Cela pourrait également avoir un impact sur les relations entre la Turquie et l'Arménie, qui sont tendues depuis des décennies.


Le rôle de la communauté internationale


La communauté internationale a appelé les parties concernées à trouver une solution pacifique au conflit du Haut-Karabakh. Les États-Unis, la Russie et la France, qui sont les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE, ont joué un rôle de médiation dans le processus de paix.


Les perspectives d'avenir


Les perspectives d'ouverture du corridor de Zangezour restent incertaines. L'Arménie s'oppose fermement à son ouverture, tandis que l'Azerbaïdjan et la Turquie y sont favorables. La communauté internationale continue d'appeler à une résolution pacifique du conflit du Haut-Karabakh et souligne l'importance de respecter le droit international et l'intégrité territoriale des États.


Conclusion


L'ouverture du corridor de Zangezour est une question complexe et controversée qui a des implications régionales et mondiales. Il est essentiel que toutes les parties concernées s'engagent dans un dialogue constructif et trouvent une solution pacifique qui respecte le droit international et l'intégrité territoriale des États. La communauté internationale a un rôle crucial à jouer dans la promotion de la paix et de la stabilité dans le Caucase du Sud.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...