Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Journal : le dirigeant azerbaïdjanais réprimande le Premier ministre arménien

Par TheArmTimes

Journal : Le dirigeant azerbaïdjanais réprimande le Premier ministre arménien


Introduction


Les récentes tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan ont pris une nouvelle tournure, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev ayant réprimandé le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan pour les propos tenus par un député arménien. Cette réprimande met en lumière l'influence croissante de l'Azerbaïdjan dans le conflit et les défis auxquels est confronté le gouvernement arménien dans la gestion des tensions.


La censure des discours arméniens


Selon le quotidien arménien Hraparak, le président Aliyev impose non seulement des concessions territoriales à l'Arménie, mais censure également les discours des représentants des autorités arméniennes. Cela concerne particulièrement les déclarations sur la reconstruction du Haut-Karabakh (Artsakh), le retour de cette région sous contrôle arménien, l'armement de l'armée arménienne et les velléités de vengeance contre l'Azerbaïdjan.


L'interview qui a suscité la colère


Il y a un mois et demi, le député Hakob Aslanyan de la Faction du Contrat Civil (CC) a accordé une interview dans laquelle il déclarait : "Nous avons encore besoin d'un an à un an et demi pour pouvoir complètement redresser notre dos, et nous parlerons au Turc d'une manière différente."


La réprimande de Pashinyan


Lors d'une rencontre récente entre Aliyev et Pashinyan, Aliyev a présenté cette interview au Premier ministre arménien, affirmant qu'il y avait des "revanchards" dans son équipe politique, alors que Pashinyan tentait de le convaincre du contraire. En conséquence, Pashinyan a sévèrement réprimandé Aslanyan lors d'une réunion à huis clos avec les membres de la CC.


Aslanyan assume ses propos


Aslanyan, interviewé par Hraparak, n'a pas nié cette réprimande. Au contraire, il a fièrement admis qu'Aliyev avait effectivement pris son entretien au sérieux.


L'influence croissante de l'Azerbaïdjan


Cette réprimande illustre l'influence croissante de l'Azerbaïdjan dans le conflit. Aliyev, soutenu par la Turquie, a profité de la victoire de son pays dans la guerre de 2020 pour renforcer sa position et imposer ses conditions à l'Arménie.


Les défis du gouvernement arménien


Le gouvernement arménien est confronté à des défis importants dans la gestion des tensions avec l'Azerbaïdjan. Il doit trouver un équilibre entre la nécessité de répondre aux préoccupations de l'Arménie en matière de sécurité et la pression exercée par Aliyev et ses alliés.


Nécessité d'un dialogue constructif


Les tensions actuelles soulignent la nécessité d'un dialogue constructif entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Les deux parties doivent s'engager dans des négociations sérieuses pour trouver des solutions durables au conflit et éviter une nouvelle escalade des violences.


Conclusion


La réprimande du Premier ministre arménien par le président azerbaïdjanais a mis en évidence l'influence croissante de l'Azerbaïdjan dans le conflit. Le gouvernement arménien doit relever d'importants défis pour gérer les tensions avec son voisin, tout en trouvant un équilibre entre ses propres préoccupations et les pressions extérieures. En fin de compte, un dialogue constructif est essentiel pour apaiser les tensions et parvenir à une résolution pacifique du conflit.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...