Choisissez votre langue
Publié dans actualités

La Russie est également préoccupée par les négociations entre les États-Unis, l'UE et l'Arménie

Par TheArmTimes

La Russie s'inquiète également des négociations entre les États-Unis, l'UE et l'Arménie


Introduction
La Russie a exprimé ses préoccupations face à la réunion trilatérale à venir entre le Premier ministre arménien Nikol Pachinian, le secrétaire d'État américain Antony Blinken et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Moscou estime que ces pourparlers font partie des efforts occidentaux visant à rompre l'alliance de l'Arménie avec la Russie.


Les critiques russes
La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Mari Zakharova, a rejeté les assurances d'Erevan selon lesquelles les pourparlers du 5 avril à Bruxelles ne sont « dirigés contre aucun tiers ». Elle a déclaré que de tels événements suscitaient des inquiétudes en Russie car les représentants des États-Unis et de l'UE déclaraient directement à leurs partenaires que leur objectif principal était exclusivement contre la Russie.


Les efforts de l'Arménie pour se réorienter vers l'Occident
Moscou a accusé le gouvernement de Pachinian de « détruire » systématiquement les relations russo-arméniennes en réponse à ses efforts intensifiés pour réorienter l'Arménie vers l'Occident. L'Arménie tente de diversifier ses partenariats commerciaux et de renforcer ses liens avec les États-Unis et l'UE.


Les inquiétudes de l'Azerbaïdjan
L'Azerbaïdjan a également exprimé son inquiétude concernant la réunion de Bruxelles. Il affirme que les États-Unis et l'UE encouragent Erevan à prendre des « actions déstabilisatrices » dans la zone de conflit arméno-azerbaïdjanais. Bakou soutient que les pourparlers nuisent au processus de paix.


La réponse de l'Arménie
La porte-parole du ministère arménien des Affaires étrangères, Ani Badalian, a rejeté les critiques azerbaïdjanaises. Elle a insisté sur le fait que les pourparlers se concentreront sur l'aide à l'Arménie pour développer ses capacités économiques et énergétiques et faire face aux problèmes humanitaires.


La réponse des États-Unis
Le porte-parole du Département d'État américain, Matthew Miller, a également rejeté les affirmations de Bakou. Il a déclaré que l'objectif de la réunion était d'aider l'Arménie à diversifier ses partenariats commerciaux et à répondre aux besoins humanitaires.


Les implications régionales
La réunion trilatérale entre l'Arménie, les États-Unis et l'UE intervient dans un contexte de tensions régionales accrues. L'Azerbaïdjan et l'Arménie sont en conflit depuis des décennies au sujet de la région contestée du Haut-Karabakh. La Russie a traditionnellement joué un rôle de médiateur dans le conflit.


L'avenir des relations entre l'Arménie et la Russie
Les préoccupations russes concernant les pourparlers soulignent le défi auquel est confrontée l'Arménie dans sa tentative d'équilibrer ses relations avec la Russie et l'Occident. L'avenir des relations entre l'Arménie et la Russie dépendra de l'issue de la réunion de Bruxelles et de la capacité de l'Arménie à apaiser les inquiétudes de Moscou.


Conclusion
La réunion trilatérale entre l'Arménie, les États-Unis et l'UE suscite des inquiétudes en Russie et en Azerbaïdjan. L'Arménie est confrontée au défi de maintenir des relations solides avec la Russie tout en explorant des partenariats avec l'Occident. L'issue des pourparlers aura des implications importantes pour la stabilité régionale et les relations russo-arméniennes.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...