Choisissez votre langue
Publié dans actualités

L'Arménie et la Russie échangent davantage de barbes

Par TheArmTimes

L'Arménie et la Russie échangent davantage de barbes


Introduction


Les relations entre l'Arménie et la Russie connaissent des tensions croissantes, les deux pays se reprochant mutuellement de ne pas respecter leurs engagements. Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian accuse la Russie de ne pas avoir honoré ses obligations de sécurité, tandis que Moscou dénonce la reconnaissance par Erevan de la souveraineté azerbaïdjanaise sur le Haut-Karabakh.


Les accusations de Pachinian


Dans une vidéo publiée mercredi sur sa page Facebook, Pachinian a accusé la Russie de ne pas avoir tenu ses engagements en matière de sécurité envers l'Arménie. Il a affirmé que les partenaires russes ne pouvaient pas prétendre que l'Arménie avait manqué à ses obligations. "Nous pouvons et nous montrons [les obligations non honorées par la Russie]", a-t-il déclaré.


La réponse de la Russie


La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a rejeté les accusations de Pachinian. Elle a souligné la décision de ce dernier de reconnaître la souveraineté azerbaïdjanaise sur le Haut-Karabakh, qu'elle a attribuée à la pression occidentale. "J'accuse de mensonges tous ceux qui soutiennent que la Russie et l'OTSC sont responsables des décisions d'Erevan sur le Karabakh", a-t-elle déclaré.


L'alliance russo-arménienne en déclin


Ces accusations mutuelles soulignent le fossé grandissant entre Erevan et Moscou. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que la politique étrangère de Pachinian conduisait à "l'effondrement" des relations russo-arméniennes. Moscou a également accusé l'Occident d'essayer de rompre l'alliance entre l'Arménie et la Russie.


La dépendance accrue de l'Arménie à l'Occident


Face aux tensions avec la Russie, l'Arménie s'est tournée de plus en plus vers les puissances occidentales. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen rencontreront Pachinian vendredi à Bruxelles pour des entretiens trilatéraux. Moscou considère ces pourparlers comme une tentative de l'Occident de saper son influence en Arménie.


Les avertissements de Moscou


Zakharova a averti que la réorientation de l'Arménie vers les États-Unis et l'UE pourrait conduire à une nouvelle escalade des tensions dans le conflit arméno-azerbaïdjanais. Elle a également critiqué la campagne d'intégration européenne du gouvernement Pachinian, la comparant défavorablement à la civilisation arménienne historique.


La perspective de l'UE


L'UE a exprimé son soutien à l'Arménie dans sa transition démocratique et sa réforme économique. Cependant, elle a également souligné l'importance de maintenir des relations constructives avec la Russie. Bruxelles estime que l'Arménie devrait jouer un rôle de pont entre l'Europe et le Caucase.


Les défis de l'Arménie


L'Arménie est confrontée à des défis complexes en termes de sécurité, de politique étrangère et d'économie. Elle doit trouver un équilibre entre le maintien de bonnes relations avec la Russie et l'établissement de liens plus étroits avec l'Occident. Erevan doit également faire face aux conséquences du conflit du Haut-Karabakh et aux tensions persistantes avec l'Azerbaïdjan.


Conclusion


Les relations entre l'Arménie et la Russie sont à un carrefour. Les accusations mutuelles et le fossé grandissant entre les deux pays ont mis à rude épreuve leur alliance traditionnelle. L'Arménie est confrontée au défi de naviguer entre les intérêts opposés de la Russie et de l'Occident et de trouver une voie qui serve ses propres intérêts nationaux. L'avenir des relations arméno-russes sera façonné par la capacité des deux pays à gérer leurs différends, à trouver un terrain d'entente et à maintenir un dialogue constructif.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...