Choisissez votre langue
Publié dans actualités

L'arrêt des poursuites judiciaires contre l'Azerbaïdjan « légitime t » l’agression de Bakou contre les Arméniens

Par TheArmTimes

L'arrêt des poursuites judiciaires contre l'Azerbaïdjan "légitimerait" l'agression de Bakou contre les Arméniens


Introduction


La déclaration du Premier ministre arménien Nikol Pashinyan concernant le retrait potentiel des poursuites judiciaires contre l'Azerbaïdjan a suscité de vives réactions au sein de la société civile arménienne. Un groupe d'organisations de défense des droits de l'homme a condamné cette proposition, arguant qu'elle pourrait compromettre la protection des Arméniens déplacés du Haut-Karabakh et ouvrir la voie à de futures violations.


Les risques pour les droits des Arméniens


Les poursuites judiciaires interétatiques de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan sont essentielles pour protéger les droits des Arméniens déplacés, des prisonniers de guerre et d'autres personnes affectées par le conflit. Ces poursuites visent à obtenir justice pour les crimes de guerre, les violations des droits de l'homme et le déplacement forcé. Leur retrait priverait les victimes de moyens de recours et saperait les efforts internationaux pour faire respecter le droit international.


Impact sur les recours juridiques individuels


De nombreuses victimes se sont abstenues de déposer des plaintes individuelles dans l'attente d'une justice par le biais de plaintes interétatiques. Le retrait de ces dernières entraverait les efforts de responsabilisation et réduirait les possibilités de rendre des comptes, en particulier pour les victimes qui ont dépassé les délais de recours individuels.


Compromission de la réputation internationale de l'Arménie


Le retrait des poursuites contre l'Azerbaïdjan ternirait la réputation de l'Arménie au niveau international. Cela affecterait la perception de son engagement à faire respecter l'État de droit et la justice, nuisant à sa capacité à attirer les investissements, favoriser la croissance économique et s'engager dans des projets diplomatiques.


Précédent dangereux


Une telle décision enverrait un message dangereux selon lequel les atrocités commises dans le passé resteront impunies. Cela pourrait légitimer involontairement les politiques hostiles de l'Azerbaïdjan à l'égard des Arméniens et ouvrir la voie à de futures violations, menaçant les efforts pour garantir la paix et la stabilité.


Risques diplomatiques


Le retrait des poursuites pourrait nuire à la crédibilité de l'Arménie dans la diplomatie internationale. Cela entraverait sa capacité à défendre ses intérêts et risquerait de tendre les relations avec d'autres pays et organisations.


Nécessité de maintenir les poursuites judiciaires


À la lumière de ces risques, le gouvernement arménien devrait maintenir sans équivoque son engagement à obtenir justice pour le peuple du Haut-Karabakh en conservant ses poursuites judiciaires interétatiques contre l'Azerbaïdjan. Il est impératif de continuer à investir les ressources nécessaires et de faire preuve de diligence raisonnable pour présenter et défendre efficacement ces plaintes.


Exploration de nouvelles actions en justice


En outre, l'Arménie devrait envisager d'engager de nouvelles actions en justice en vertu de toutes les conventions pertinentes et d'explorer les possibilités de demander justice à la Cour pénale internationale. Il est essentiel de faire preuve de fermeté pour demander des comptes et veiller à ce que les atrocités passées ne restent pas impunies.


Conclusion


Le retrait des poursuites judiciaires interétatiques contre l'Azerbaïdjan est une proposition dangereuse qui comporterait de graves conséquences pour les droits des Arméniens, la réputation internationale de l'Arménie et les efforts de paix. Il est impératif que le gouvernement arménien reste attaché à la justice pour les victimes du conflit et maintienne ses efforts pour faire respecter le droit international.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...