Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Le Kremlin commente les déclarations du Premier ministre Pashinyan sur la possibilité d'une sortie de l'Arménie de l'OTSC

Par TheArmTimes

Le Kremlin réagit aux déclarations du Premier ministre arménien sur une éventuelle sortie de l'OTSC


Moscou a pris connaissance des déclarations du Premier ministre arménien Nikol Pashinyan sur la possibilité d'une sortie de l'Arménie de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), a déclaré vendredi le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov.


"Bien sûr, nous avons entendu ces déclarations. Il y a beaucoup de travail à faire maintenant. Nous devons établir des contacts au sein de l'OTSC et bilatéralement avec nos collègues arméniens. Nous allons clarifier et discuter conformément aux déclarations du Premier ministre", a déclaré Peskov aux journalistes.


Interrogé sur la réaction de l'OTSC aux déclarations de Pashinyan, Peskov a renvoyé la question à l'organisation elle-même, soulignant que le Kremlin ne pouvait pas s'exprimer en son nom.


"Il y a bien sûr du travail à faire au sein de l'OTSC", a ajouté le porte-parole du Kremlin.


Rappelons que le Premier ministre Pashinyan a déclaré que l'Arménie se retirerait de l'OTSC si celle-ci ne répondait pas aux questions d'Erevan concernant le territoire souverain de l'Arménie.


Contexte



  • L'OTSC est une alliance militaire intergouvernementale composée de six États : l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie et le Tadjikistan.

  • L'alliance a été créée en 2002 dans le but de renforcer la coopération en matière de défense et de sécurité.

  • Les dernières déclarations de Pashinyan interviennent dans un contexte de tensions accrues entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, qui se disputent la région du Haut-Karabakh.

  • L'OTSC a été critiquée pour ne pas avoir répondu efficacement aux préoccupations de l'Arménie concernant le Haut-Karabakh.


Implications



  • Une éventuelle sortie de l'Arménie de l'OTSC aurait des implications importantes pour l'équilibre des pouvoirs dans la région.

  • Cela affaiblirait l'alliance et enverrait un message selon lequel la Russie n'est plus en mesure de garantir la sécurité de ses alliés.

  • Cela pourrait également encourager l'Azerbaïdjan à poursuivre ses ambitions territoriales envers le Haut-Karabakh.


Réactions



  • La réaction de Moscou aux déclarations de Pashinyan a été prudente.

  • Le Kremlin a déclaré qu'il était prêt à discuter des préoccupations de l'Arménie, mais a également souligné l'importance de maintenir l'unité au sein de l'OTSC.

  • D'autres membres de l'OTSC ont également exprimé leur inquiétude, mais aucun n'a encore menacé de quitter l'alliance.


Conclusion


Les déclarations du Premier ministre Pashinyan ont ouvert un nouveau chapitre dans les relations de l'Arménie avec l'OTSC. Il reste à voir si les deux parties parviendront à résoudre leurs différends et à maintenir l'unité de l'alliance. Cependant, il est clair qu'un retrait éventuel de l'Arménie de l'OTSC aurait des conséquences importantes pour la région et au-delà.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...