Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Le ministre de l’intérieur accuse les « bonnes routes » d’être à l’origine de la hausse du nombre de décès sur les routes d’Erevan

Par TheArmTimes

Le ministre de l'Intérieur blâme les « bonnes routes » pour la hausse des décès sur les routes d'Erevan


Introduction


La hausse alarmante des décès sur les routes d'Erevan a suscité des inquiétudes, et le ministre de l'Intérieur, Vahé Ghazarian, a fait une déclaration surprenante en imputant cette augmentation aux bonnes conditions des routes de la ville. Cet article examine les preuves de cette affirmation et explore les autres facteurs contribuant à ce problème inquiétant.


La déclaration controversée


Le 26 mars, le ministre Ghazarian a attribué l'augmentation de 55 % du nombre de décès sur les routes d'Erevan à la qualité des routes de la ville. Selon lui, l'absence de nids-de-poule encourage les automobilistes à rouler à des vitesses excessives.


Preuves contraires


Cependant, des preuves anecdotiques abondantes contredisent l'affirmation de Ghazarian. Les routes d'Erevan sont parsemées de nombreux nids-de-poule, comme l'a constaté un journaliste de RFE/RL lors d'un trajet de dix minutes à travers la ville. Les autorités municipales reconnaissent que les chutes de neige hivernales et le déneigement aggravent la situation, mais elles prévoient de commencer des réparations à grande échelle.


Autres facteurs contributifs


Outre l'état des routes, d'autres facteurs contribuent à l'augmentation des décès sur les routes d'Erevan :



  • Incohérence de l'application de la loi : La police routière arménienne est souvent accusée de laxisme, ce qui incite les automobilistes à ignorer les règles de sécurité.

  • Conduite imprudente : L'impunité relative des infractions au code de la route, comme le non-port de la ceinture de sécurité, encourage une conduite dangereuse.

  • Nouvelle police routière : Malgré les efforts de la nouvelle police routière financée par l'Occident, des critiques remettent en question sa compétence et son efficacité.


Tendances nationales


La hausse des décès sur les routes d'Erevan reflète une tendance nationale. Les données de la police indiquent que les accidents de la route ont tué 378 personnes dans tout le pays en 2023, contre 321 en 2022.


Réformes policières


Depuis la « révolution de velours » de 2018, le gouvernement arménien a apporté des réformes à la police, y compris la création de la nouvelle police routière. Cependant, des critiques persistent quant à l'efficacité de ces réformes.


Conclusion


L'affirmation du ministre de l'Intérieur, Vahé Ghazarian, selon laquelle les bonnes conditions routières sont à l'origine de l'augmentation des décès sur les routes d'Erevan, est contredite par des preuves anecdotiques. D'autres facteurs, tels que l'incohérence de l'application de la loi, la conduite imprudente et les lacunes de la nouvelle police routière, contribuent probablement à ce problème. Il est essentiel d'aborder ces facteurs de manière globale pour améliorer la sécurité routière à Erevan et dans toute l'Arménie.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...