Choisissez votre langue
Publié dans union européenne

Le Premier ministre arménien appelle à un débat national sur une adhésion à l’UE

Par TheArmTimes

Vers une Arménie européenne ? Le Premier ministre Pachinian ouvre le débat sur l'adhésion à l'UELe Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a lancé un appel vibrant à ses concitoyens pour entamer un débat national sur l'adhésion de l'Arménie à l'Union européenne. Cette initiative marque un tournant historique pour cette ancienne république soviétique du Caucase, qui semble prendre ses distances avec la Russie.L'offensive russe en Ukraine a ravivé les ambitions d'élargissement de l'UE, qui a déjà entamé des négociations d'adhésion avec l'Ukraine et la Moldavie, et accordé le statut de candidat à la Géorgie. Dans ce contexte, l'Arménie intensifie ses efforts pour se rapprocher de l'Occident, tout en critiquant ouvertement la Russie pour ne pas l'avoir soutenue contre l'Azerbaïdjan, son adversaire de longue date.Pachinian a souligné l'importance de cette discussion, affirmant que l'adhésion à l'UE devrait être un sujet 'largement discuté dans la société'. Cette déclaration fait suite à l'adoption par le Parlement européen d'une résolution visant à renforcer les liens entre l'UE et l'Arménie, offrant ainsi une nouvelle occasion de débattre de l'avenir du pays.Le gouvernement arménien, dirigé par Pachinian, a exprimé sa volonté politique de maximiser les relations avec l'UE. Cette aspiration à l'adhésion a été évoquée à maintes reprises par des responsables arméniens, y compris le ministre des Affaires étrangères, Ararat Mirzoïan.Les relations entre Erevan et Moscou se sont détériorées, notamment depuis la reprise militaire de l'enclave séparatiste du Haut-Karabakh par l'Azerbaïdjan en septembre 2023, une région auparavant peuplée majoritairement d'Arméniens. Pachinian a reproché à la Russie son inaction face à cette offensive soudaine et a annoncé que l'Arménie suspendait 'en pratique' sa participation à l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), une alliance militaire dirigée par la Russie.La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a averti que la sortie de l'Arménie de l'OTSC pourrait causer un 'dégât irréparable' aux relations bilatérales. En outre, l'Arménie a récemment déclaré qu'elle n'avait plus besoin des garde-frontières russes à son aéroport international, signe d'une autonomie croissante.L'adhésion de l'Arménie à la Cour pénale internationale (CPI) a également exacerbé les tensions avec Moscou, car Erevan serait désormais obligé d'arrêter le président russe Vladimir Poutine, faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international, s'il venait à visiter le pays.Ces développements suggèrent une réorientation géopolitique majeure de l'Arménie, qui pourrait remodeler l'équilibre des pouvoirs dans la région du Caucase et au-delà.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...