Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Le Premier ministre français met en garde contre la « punition » de l’Arménie par la Russie

Par TheArmTimes

Le Premier ministre français dénonce les sanctions russes contre l'Arménie


La Russie cible l'Arménie pour ses aspirations démocratiques


Le Premier ministre français Gabriel Attal a vivement critiqué la Russie pour ses tentatives de "punir" l'Arménie, son allié de longue date. Selon M. Attal, Moscou cherche à punir Erevan pour son adhésion à la Cour pénale internationale et son choix de la démocratie et de l'État de droit.


La Russie a soutenu l'offensive de l'Azerbaïdjan


M. Attal a également accusé la Russie d'avoir cautionné l'offensive militaire de l'Azerbaïdjan en septembre 2023, qui a abouti à la reprise du contrôle du Haut-Karabakh par Bakou et à l'expulsion de ses habitants arméniens.


Les relations russo-arméniennes se détériorent


Depuis lors, les relations entre la Russie et l'Arménie se sont fortement dégradées, Erevan menaçant de quitter l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par Moscou et d'explorer la possibilité d'adhérer à l'Union européenne.


La Russie met en garde l'Arménie


Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a averti que Moscou "reconsidérerait" sérieusement ses relations avec l'Arménie si le gouvernement du Premier ministre Nikol Pashinian ne modifiait pas sa position. La porte-parole de M. Lavrov, Maria Zakharova, a affirmé que Erevan risquait de causer des "dommages irréparables" aux relations bilatérales.


La France renforce la coopération avec l'Arménie


Malgré les critiques de la Russie, la France a renforcé sa coopération avec l'Arménie. Le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, s'est récemment rendu à Erevan et le président français Emmanuel Macron a rencontré M. Pashinian en marge d'un sommet à Bruxelles.


L'Arménie cherche à diversifier sa politique étrangère


M. Pashinian a exprimé à plusieurs reprises son intention de "diversifier" la politique étrangère et de sécurité de l'Arménie, pointant du doigt l'incapacité de la Russie à respecter ses engagements en matière de sécurité envers son allié.


Les critiques de la politique pro-occidentale


Cependant, les opposants politiques de M. Pashinian critiquent ce changement de politique, estimant qu'il est imprudent en l'absence de garanties de sécurité ou d'aide militaire significative des puissances occidentales. Ils soulignent également la forte dépendance de l'Arménie à l'égard de la Russie pour le commerce et l'énergie.


Enjeu géopolitique majeur


Le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan s'inscrit dans un contexte géopolitique complexe, impliquant également la Turquie et la Russie. Le Haut-Karabakh est une région disputée, dont le statut reste non résolu.


Conclusion


La situation entre la Russie, l'Arménie et l'Occident est en constante évolution. La France, en tant que partenaire clé de l'Arménie, joue un rôle important dans le soutien à la démocratie et à l'État de droit dans la région. Le conflit du Haut-Karabakh et les relations entre les pays impliqués continueront à faire l'objet d'une attention et d'une surveillance internationales.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...