Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Le président arménien viole à nouveau les gardes-frontières russes

Par TheArmTimes

Le président arménien remet en cause le rôle des gardes-frontières russes


Introduction


Le président du Parlement arménien, Alen Simonian, a de nouveau exprimé ses doutes sur la présence de gardes-frontières russes en Arménie, tout en soulignant que le gouvernement n'envisageait pas de demander leur retrait.


Les doutes de Simonian


Simonian, un proche allié du Premier ministre Nikol Pachinian, a remis en question l'efficacité des gardes-frontières russes en cas d'invasion turque. Il a également affirmé que ces troupes avaient contribué à rendre les frontières arméniennes plus vulnérables.


Le déploiement des gardes-frontières russes


Les gardes-frontières russes sont déployés en Arménie depuis des décennies, notamment le long des frontières avec la Turquie et l'Iran. Ils ont également été présents dans certaines zones de la frontière avec l'Azerbaïdjan pendant la guerre du Haut-Karabagh en 2020.


La décision de Pachinian


En mars 2023, Pachinian a annoncé que son gouvernement avait donné à Moscou jusqu'au 1er août pour retirer ses gardes-frontières de l'aéroport international de Zvartnots. Il a fait valoir que l'Arménie était capable d'assurer le contrôle des frontières sans aide russe.


La réaction de la Russie


Le ministère russe des Affaires étrangères a critiqué cette décision, affirmant qu'elle porterait atteinte aux relations bilatérales et menacerait la sécurité et le développement économique de l'Arménie.


Les options de l'Arménie


Bien que Pachinian n'ait pas évoqué de retrait général des forces russes, il a gelé l'adhésion de l'Arménie à l'Organisation du traité de sécurité collective dirigée par la Russie. Il a également évoqué la possibilité d'adhérer à l'Union européenne.


L'adhésion à l'UE


Simonian a indiqué qu'Erevan n'était pas pressé de demander officiellement son adhésion à l'UE. Il a reconnu que l'Arménie devrait apporter des changements importants pour se conformer aux normes de l'UE.


Les indicateurs démocratiques


Simonian a souligné que l'Arménie présentait de meilleurs indicateurs de démocratie que certains États membres de l'UE, suggérant que le pays pourrait être un candidat viable à une adhésion future.


L'évolution des relations russo-arméniennes


Les relations entre la Russie et l'Arménie ont connu des tensions ces derniers mois en raison des divergences sur la sécurité régionale et la politique intérieure. La décision de l'Arménie de retirer les gardes-frontières russes a encore aggravé ces tensions.


Conclusion


L'Arménie se trouve à un carrefour dans ses relations avec la Russie. Alors que le gouvernement remet en question la présence des gardes-frontières russes, il explore également d'autres options de sécurité et des partenariats plus étroits avec l'Occident. L'avenir des relations russo-arméniennes dépendra de l'évolution de ces négociations et de la capacité des deux parties à trouver un terrain d'entente.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...