Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Les disparitions font craindre que les régimes de Turquie et d’Asie centrale n’intensifient leur collaboration dans la répression transnationale

Par TheArmTimes

Les disparitions soulèvent des inquiétudes quant à une répression transnationale croissante entre la Turquie et l'Asie centrale


La récente disparition de deux militants tadjiks dissidents basés à Istanbul a mis en lumière d'inquiétantes tendances en matière de répression transnationale.


Définition de la répression transnationale


La "répression transnationale" désigne les actions d'un gouvernement dans des juridictions étrangères pour intimider, extrader, voire tuer des militants perçus comme des ennemis.


La Turquie et le Tadjikistan : plaque tournante de la répression transnationale


Selon Freedom House, la Turquie et le Tadjikistan figurent parmi les cinq États les plus actifs dans la répression transnationale. La Turquie a procédé au plus grand nombre de restitutions, tandis que le Tadjikistan est responsable d'environ un tiers des incidents de répression transnationale enregistrés dans le monde.


Collaboration de la Turquie avec les dictatures d'Asie centrale


Après la tentative de coup d'État manqué de 2016, la Turquie aurait conclu des accords avec des dictatures d'Asie centrale, se prêtant mutuellement assistance dans la répression de leurs opposants.


Les disparitions de militants tadjiks


La disparition de Nasimjon Sharifov et Suhrob Zafar, tous deux membres du Groupe 24 de l'opposition tadjike, a fait craindre que de tels accords soient en vigueur.


Précédents d'enlèvements


En 2021, Orhan Inandi, fondateur turc des écoles inspirées de Gülen au Kirghizistan, a été enlevé à Bichkek par des agents turcs. Les défenseurs des droits de l'homme s'inquiètent également de la suppression de l'exemption de visa pour les Turkmènes en Turquie, suite aux pressions du Turkménistan.


Contrôle et surveillance des militants turkmènes


Un rapport soumis aux Nations Unies décrit la Turquie comme un "environnement de moins en moins sûr" pour les militants politiques et les défenseurs des droits turkmènes. Les Turkmènes en Turquie sont confrontés à la surveillance, aux restrictions de déplacement et à la discrimination.


Conclusions


Les disparitions de militants tadjiks et les précédents d'enlèvements soulèvent de graves inquiétudes quant à l'intensification de la répression transnationale entre la Turquie et l'Asie centrale. Ces actions menacent les droits des militants et entravent la liberté d'expression. Il est essentiel que la communauté internationale condamne ces pratiques et fasse pression sur les gouvernements pour qu'ils cessent de telles violations des droits de l'homme.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...