Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Les États-Unis préviennent que l’exigence d’un corridor terrestre à Bakou « augmente les risques » de conflit armé

Par TheArmTimes

Les États-Unis mettent en garde contre le risque accru de conflit armé en raison de la revendication d'un corridor terrestre par Bakou


Introduction


Les États-Unis ont émis un avertissement fort, alertant que la demande persistante de l'Azerbaïdjan pour un "corridor terrestre" traversant l'Arménie jusqu'au Nakhitchevan accroîtrait les risques de conflit armé. Selon le rapport, les relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan resteront probablement tendues, augmentant les chances d'affrontements violents.


Évaluation du renseignement américain


Cette évaluation, issue de la communauté du renseignement américain, a été présentée dans le rapport annuel d'évaluation des menaces mondiales soumis au Congrès lundi par les dirigeants du Bureau du directeur du renseignement national, de la CIA, du FBI, de la Defense Intelligence Agency et de la National Security Agency.


Tensions persistantes entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan


Le rapport souligne que "les relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan devraient rester tendues". Il identifie plusieurs facteurs contribuant à ces tensions, notamment :



  • L'absence d'un traité de paix bilatéral

  • La proximité des forces militaires

  • L'absence d'un mécanisme d'application du cessez-le-feu

  • La volonté de l'Azerbaïdjan d'utiliser une pression militaire ciblée pour faire avancer ses objectifs dans les négociations avec l'Arménie


Corridor terrestre et risque accru de confrontation


Le rapport met en évidence un risque particulier lié à la demande de l'Azerbaïdjan pour un corridor terrestre reliant l'Azerbaïdjan à son enclave du Nakhitchevan. Il déclare que "la transition de la gouvernance du Haut-Karabakh des Arméniens de souche aux Azerbaïdjanais et la demande de l'Azerbaïdjan d'accéder à un couloir terrestre reliant l'Azerbaïdjan à son enclave augmenteront le risque de confrontation armée".


Attaque de l'Azerbaïdjan contre l'Artsakh


Le rapport aborde également l'attaque de l'Azerbaïdjan contre l'Artsakh en septembre, qui a entraîné le déplacement massif de la population arménienne. Les agences de renseignement américaines notent que "l'exode rapide de la majeure partie de la population arménienne de la région et l'auto-dissolution prévue du gouvernement de l'Artsakh" ont permis à Bakou de poursuivre ses plans d'intégration de la région avec l'Azerbaïdjan, supprimant ainsi cette question de longue date de l'ordre du jour de la paix bilatérale.


Réduction de la volatilité, mais potentiel de conflit


Le rapport reconnaît que "la reprise du Haut-Karabakh par l'Azerbaïdjan a réduit la volatilité". Cependant, il met en garde contre le risque d'une confrontation militaire, notant qu'une telle confrontation "serait probablement limitée en durée et en intensité".


Conclusion


Les États-Unis ont clairement souligné leur préoccupation face aux risques accrus de conflit armé en raison de la demande de l'Azerbaïdjan pour un corridor terrestre à travers l'Arménie. La communauté du renseignement américain estime que les relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan resteront probablement tendues, et que l'absence d'un traité de paix, la proximité des forces militaires et les pressions militaires de l'Azerbaïdjan augmenteront les risques de confrontation armée. Il est essentiel que toutes les parties concernées prennent des mesures pour réduire les tensions et rechercher une solution pacifique et durable au conflit.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...