Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Les personnalités du Karabakh rejettent les menaces de Pashinian

Par TheArmTimes

Les personnalités du Karabakh rejettent les menaces de Pashinian


Contexte politique tendu


Dans le sillage de la reprise du Haut-Karabakh par l'Azerbaïdjan en septembre 2023, les tensions entre Erevan et les dirigeants du Karabakh basés à Erevan se sont exacerbées.


Menaces de Pashinian


Le Premier ministre arménien Nikol Pashinian a récemment menacé de sévir contre les dirigeants du Karabakh, les accusant de constituer une menace pour la sécurité nationale. Cette déclaration a suscité de vives réactions de la part des personnalités politiques du Karabakh.


Condamnation des menaces


Samvel Shahramanian, président du Karabakh, s'est exprimé contre les menaces de Pashinian, affirmant que la République autoproclamée du Haut-Karabakh (NKR) continuait d'exister malgré la perte de territoire.


Artak Beglarian, ancien Premier ministre du Karabakh, a qualifié les menaces de Pashinian de "chantage" et a mis en garde contre les conséquences de leur application, telles que des poursuites contre les dirigeants du Karabakh ou la fermeture du bureau de la NKR à Erevan.


"Intimidation et emprisonnement"


Metakse Hakobian, législateur du Karabakh, a accusé Pashinian d'essayer d'"intimider, de réduire au silence et finalement d'emprisonner" les dirigeants du Karabakh.


Responsabilité du gouvernement arménien


Arpi Davoyan, députée arménienne du parti Contrat civil de Pashinian, a confirmé que les autorités feraient face aux dirigeants du Karabakh, soulevant des inquiétudes quant à une possible atteinte à l'État de droit.


Limites des pouvoirs


Beglarian a rappelé que les pouvoirs des représentants du gouvernement du Karabakh ne s'étendent pas à la République d'Arménie, mais qu'ils concernent le territoire occupé du Karabakh.


Nécessité du soutien


Malgré les pressions de l'Azerbaïdjan et de la Turquie, Beglarian a appelé le gouvernement arménien à ne pas entraver le processus de retour des Arméniens du Karabakh dans leur patrie et à soutenir les dirigeants du Karabakh dans cet objectif.


Crainte de déplaire à Bakou


Les détracteurs de Pashinian affirment qu'il a cédé à la pression de Bakou et a abandonné la cause du Karabakh.


Conclusion


Les menaces de Pashinian contre les dirigeants du Karabakh ont suscité de vives protestations et ont révélé les tensions persistantes entre Erevan et le Karabakh. Il reste à voir comment ces menaces se concrétiseront et quel impact elles auront sur l'avenir de la région.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...