Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Les quatre villages sont azerbaïdjanais, ils ont été transférés en Arménie dans les années 1990, il n’y a aucun Arménien là-bas indique Vahé Ghalumyan

Par TheArmTimes

Les quatre villages contestés : une question sensible dans les relations Arménie-Azerbaïdjan


Introduction


La délimitation et la démarcation des frontières entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan restent un sujet brûlant, avec des négociations complexes en cours. Au cœur de ces discussions se trouve la question de quatre villages, que l'Azerbaïdjan revendique et que l'Arménie contrôle actuellement.


La déclaration de Vahé Ghalumyan


Dans une interview accordée à 24news.am, le député Vahé Ghalumyan a déclaré que ces villages "n'existent pas en Arménie" et que "la question est très délicate et sensible". Il a souligné que le Premier ministre Nikol Pachinian avait rencontré les habitants des zones frontalières pour présenter la situation et que la commission de démarcation fournirait des réponses basées sur des cartes et un travail collaboratif.


La propriété des villages contestés


Ghalumyan a réitéré que l'Arménie ne cèdera aucun territoire et que la propriété de ces villages n'a "absolument aucune importance" du point de vue du droit international. Il a affirmé que des terres arméniennes dans la région de Tavush sont sous contrôle azerbaïdjanais et que les villages en question étaient historiquement azerbaïdjanais.


Le risque d'encerclement


En ce qui concerne le risque d'encerclement du village de Verin Voskepar, Ghalumyan a expliqué que la route traversant la zone passait en territoire azerbaïdjanais, créant une enclave arménienne. Cependant, il a assuré qu'il n'y aurait pas de blocus et que des routes alternatives seraient construites sous contrôle arménien.


Le statut des habitants


Ghalumyan a déclaré qu'il n'y avait pas d'Arméniens résidant dans les villages contestés, qui étaient auparavant des villages azerbaïdjanais. Il a ajouté que l'État fournirait des solutions aux personnes affectées par la restitution de ces villages.


Le cas des villages de la région d'Ararat


Concernant les quatre villages de la région d'Ararat revendiqués par l'Azerbaïdjan, Ghalumyan a souligné qu'ils devraient être résolus selon la même logique. Il a appelé à une coexistence pacifique entre les deux nations.


La nécessité d'une solution pacifique


Ghalumyan a insisté sur l'importance de trouver des solutions pacifiques à ces différends frontaliers. Il a déclaré que cela faisait partie du processus de paix et qu'il était essentiel de résoudre ces problèmes une fois pour toutes.


Conclusion


La question des quatre villages contestés entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan reste complexe et sensible. Les déclarations de Ghalumyan illustrent la position officielle de l'Arménie, qui met l'accent sur le respect territorial, la coexistence pacifique et la résolution des problèmes par des moyens diplomatiques. Alors que le processus de délimitation et de démarcation se poursuit, il est crucial que les deux parties restent engagées dans le dialogue et travaillent ensemble pour trouver des solutions acceptables pour tous.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...