Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Les réfugiés de l’Artsakh manifestent à Erevan

Par TheArmTimes

Les réfugiés de l'Artsakh manifestent à Erevan pour réclamer leur droit au retour et des garanties de sécurité


Après des mois de silence, les réfugiés de l'Artsakh, contraints de fuir leur terre natale suite à l'exode massif de septembre 2023, ont investi les rues d'Erevan le mercredi 20 mars pour manifester leur désarroi et leurs revendications.


Une manifestation prudente et non partisane


Malgré les menaces des autorités arméniennes, qui avaient mis en garde les réfugiés contre toute participation à des manifestations organisées par l'opposition, des centaines de réfugiés ont manifesté dans un rassemblement qui se tenait prudemment à distance de toute bannière politique. Les mots d'ordre étaient essentiellement de nature sociale, axés sur les problèmes de logement et la nécessité d'obtenir des garanties internationales pour leur retour en toute sécurité dans leur terre d'Artsakh.


Des problèmes de logement criants


La déclaration commune lue par l'un des représentants des réfugiés a souligné les graves problèmes de logement auxquels ils sont confrontés. Ils ont critiqué le plan du gouvernement visant à les aider à obtenir des logements permanents en Arménie, car il ne leur permettrait d'accéder qu'à des logements dans des zones rurales reculées offrant peu d'opportunités d'emploi.


Des exigences claires adressées au gouvernement


Les manifestants ont exigé du gouvernement arménien qu'il élargisse les programmes d'assistance qui leur sont destinés et qu'il œuvre pour obtenir des garanties internationales de sécurité en vue de leur retour dans leur terre d'Artsakh. Ils ont également demandé une augmentation des financements pour le logement et la suppression de l'obligation de remboursement des prêts.


Un appel aux mécanismes internationaux de protection


Les organisateurs du rassemblement ont appelé les autorités d'Erevan à faire appel à des "mécanismes internationaux de protection" pour faciliter le rapatriement collectif des Arméniens du Karabagh. Ils ont insisté sur l'exclusion de toute autorité azerbaïdjanaise, qu'ils considèrent comme "génocidaire".


Une perspective de rapatriement incertaine


L'ombudsman du Karabagh en exil, Gegham Stepanyan, a reconnu l'absence de perspective réaliste de rapatriement satisfaisant aux demandes des Arméniens du Karabagh. Cependant, il a souligné l'importance de maintenir la question ouverte et de ne pas laisser les acteurs internationaux la clore prématurément.


La position du gouvernement azerbaïdjanais


Le gouvernement azerbaïdjanais prétend que les Arméniens du Karabagh sont libres de retourner dans leurs foyers s'ils acceptent de vivre sous l'autorité de l'Azerbaïdjan. Cette option est catégoriquement rejetée par les dirigeants et les citoyens du Karabagh, qui l'avaient déjà fait savoir avant même l'offensive militaire azerbaïdjanaise.


Le silence du gouvernement arménien


Le gouvernement arménien ne semble pas œuvrer en vue d'obtenir les garanties internationales demandées par les réfugiés. Le Premier ministre Nikol Pachinian a indiqué à plusieurs reprises que la question du Karabagh était une affaire classée pour son gouvernement.


Conclusion


La manifestation des réfugiés de l'Artsakh à Erevan met en lumière les graves difficultés auxquelles ils sont confrontés et leur ferme volonté de retourner dans leur terre natale. Elle expose également la nécessité urgente d'obtenir des garanties internationales pour leur sécurité et d'améliorer leur situation sociale en Arménie. La réponse du gouvernement arménien et de la communauté internationale sera déterminante pour l'avenir des réfugiés du Karabagh et pour la résolution pacifique du conflit en Artsakh.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...