Choisissez votre langue
Publié dans actualités

L'opposition de l'Assemblée nationale d'Arménie propose de convoquer une séance d’urgence sur la question de la démarcation frontalière

Par TheArmTimes

L'opposition arménienne réclame une session extraordinaire sur la démarcation des frontières


Introduction


L'Assemblée nationale arménienne s'apprête à tenir une session d'urgence sur la démarcation des frontières à la demande de l'opposition parlementaire. Cette mesure s'inscrit dans le cadre d'un débat houleux sur le processus en cours avec l'Azerbaïdjan.


L'initiative de l'opposition


Les factions d'opposition "Hayastan" et "J'ai l'honneur" invoquent leur droit conformément à la loi sur le "Règlement de l'Assemblée nationale" pour convoquer une session extraordinaire. Elles visent à débattre de la question des frontières avec le vice-Premier ministre Mher Grigoryan et le ministre des Affaires étrangères Ararat Mirzoyan.


Le débat prévu


La session extraordinaire aura lieu le 9 avril à 14h30 et devrait durer 1h30. Les partis d'opposition ont exprimé leurs préoccupations quant aux déclarations du gouvernement sur les actions prévues dans la région de Tavush.


Les inquiétudes de l'opposition


Le député Gegham Manukyan a soulevé la question d'un document négligé dans les négociations avec l'Azerbaïdjan. Ce document, datant de 1988, aurait été signé par l'ancien vice-président du Conseil des ministres arménien, Vladimir Movsisyan, et établirait les limites entre les RSS d'Arménie et d'Azerbaïdjan.


L'opposition estime également qu'il est prématuré de parler de confiance mutuelle dans le contexte de l'occupation de territoires arméniens par l'Azerbaïdjan. Le chef de la faction "Hayastan", Seyran Ohanyan, a averti que la démarcation partielle des frontières pourrait constituer une violation de la Constitution et exposer l'Arménie à des risques supplémentaires.


La réponse de la majorité


Vagharshak Hakobyan, représentant de la majorité parlementaire, a défendu le processus de démarcation, affirmant que l'Arménie avait également des propositions et des exigences dans les négociations. Il a souligné l'importance de reconnaître les frontières des deux côtés afin de garantir la sécurité des frontières arméniennes et d'éviter les menaces militaires.


L'incertitude sur le retrait azerbaïdjanais


Malgré les discussions en cours sur la démarcation, l'Arménie n'a pas encore reçu l'assurance de l'Azerbaïdjan qu'il retirerait ses troupes des territoires occupés. Cette question reste un point d'achoppement crucial dans le processus.


Conclusion


La session extraordinaire de l'Assemblée nationale arménienne sur la démarcation des frontières s'annonce comme un moment charnière dans le débat sur cette question sensible. L'opposition et la majorité parlementaire exposeront leurs arguments et chercheront à influencer l'opinion publique et le cours des négociations avec l'Azerbaïdjan. L'issue de cette session extraordinaire pourrait avoir un impact significatif sur l'avenir des relations entre les deux pays et sur la sécurité de l'Arménie.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...