Choisissez votre langue
Publié dans actualités

L’opposition souhaite un débat parlementaire sur la cession de terres à l’Azerbaïdjan

Par TheArmTimes

L'opposition exige un débat parlementaire sur la cession de terres à l'Azerbaïdjan


La principale coalition d'opposition Hayastan a demandé mardi 2 avril que le Parlement arménien examine les projets controversés du Premier ministre Nikol Pashinyan de céder à l'Azerbaïdjan des zones frontalières contestées.


Une pétition au président du Parlement


Dans une pétition adressée au président du Parlement, Alen Simonyan, le groupe parlementaire Hayastan a affirmé que les récentes déclarations de Pashinyan sur la délimitation de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan violaient la Constitution arménienne et les lois en vigueur, justifiant ainsi un débat la semaine prochaine. Le vice-Premier ministre Mher Grigoryan et le ministre des Affaires étrangères Ararat Mirzoyan devraient également assister à la session extraordinaire pour informer les législateurs et répondre à leurs questions.


Les zones frontalières contestées


Les quatre zones frontalières étaient occupées par des villages azerbaïdjanais saisis par les forces arméniennes en 1991-1992 et intégrées par la suite à la province arménienne de Tavush, dans le nord du pays. Jusqu'à récemment, Erevan affirmait que ces zones ne pouvaient être échangées que contre de vastes étendues de terres agricoles de Tavush saisies par les troupes azerbaïdjanaises à l'époque.


Abandon du lien de compensation


Cependant, le Premier ministre Pashinyan a abandonné ce lien le 12 mars en se déclarant prêt à céder unilatéralement à Bakou les quatre villages inhabités et en ruine, suscitant l'indignation de nombreux habitants arméniens des villages voisins de la province de Tavush. Les groupes d'opposition ont également condamné ses projets, arguant qu'ils rendraient toute la région plus vulnérable aux attaques azerbaïdjanaises. Le leader parlementaire de Hayastan, l'ancien ministre de la Défense Seyran Ohanyan, a exhorté l'armée arménienne à désobéir aux ordres de retrait "illégaux" de Pashinyan.


Possibilité d'un débat d'urgence


Hayastan et la deuxième force d'opposition parlementaire, Pativ Unem, disposent de suffisamment de voix pour imposer un débat d'urgence. Toutefois, les législateurs représentant le parti de Pashinyan, Contrat civil, pourraient faire échouer le projet en ne se présentant tout simplement pas. On ne sait pas encore si le parti acceptera que la question soit débattue au Parlement.


Les plaintes de Pashinyan


Samedi, lors d'une rencontre avec des militants de Contrat civil dans la ville d'Artashat, dans le sud du pays, Pashinyan s'est plaint que, malgré ses ouvertures, Bakou restait réticent à reconnaître les frontières de l'Arménie.


Conclusion


La demande de débat parlementaire sur la cession de terres à l'Azerbaïdjan témoigne de la profonde division politique en Arménie sur cette question cruciale. L'issue du débat pourrait avoir des implications importantes pour l'avenir des relations arméno-azerbaïdjanaises et la sécurité de la région.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...