Choisissez votre langue
Publié dans actualités

L’OTAN s’est fixé comme objectif maximum d’ouvrir un deuxième front contre la Russie dans le Caucase du Sud affirme Moscou à propos de la visite de Jens Stoltenberg

Par TheArmTimes

L’OTAN vise à ouvrir un second front contre la Russie dans le Caucase du Sud, selon Moscou


La visite du secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, dans le Caucase du Sud (Arménie, Géorgie, Azerbaïdjan) témoigne d'une nouvelle tentative d'attirer ces pays dans la sphère d'influence euro-atlantique, a déclaré mercredi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.


"La visite d'un tel responsable confirme que l'activité dans ce sens a considérablement augmenté... Dans le Caucase du Sud, il semble que les problèmes aient diminué, mais cela peut-il inquiéter l'Occident ? Les Occidentaux sont préoccupés par la coopération entre ces États et leur rapprochement vers des accords de paix. Ils n'apprécient pas que ces États communiquent avec Moscou", a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.


Elle a ajouté que l'OTAN et l'Union européenne tentent de saper les relations des pays de la région, y compris avec Moscou. "Bien entendu, l'OTAN s'est fixé pour objectif maximal d'ouvrir un deuxième front contre la Russie dans le Caucase du Sud et, en général, d'aggraver la situation dans la région", a déclaré Maria Zakharova.


Moscou soupçonne des intentions cachées


Moscou estime que la visite de Stoltenberg vise à saper ses propres initiatives de paix dans le Caucase du Sud, où la Russie joue un rôle de médiateur dans les conflits entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.


"Tous les accords internationaux et les accords bilatéraux prévoient la nécessité de coordonner les efforts avec nous. Nous sommes prêts à de tels contacts. Mais nous ne voyons aucune volonté de la part de la communauté internationale de respecter le rôle spécial de la Russie dans le Caucase du Sud", a déclaré Zakharova.


L'OTAN rejette les accusations


L'OTAN a nié les accusations de Moscou, affirmant que sa présence dans le Caucase du Sud vise à soutenir les efforts de paix et à promouvoir la stabilité.


"L'OTAN n'est pas une menace pour la Russie. Nous soutenons les efforts de paix dans le Caucase du Sud et nous espérons que la Russie travaillera avec nous pour promouvoir la stabilité dans la région", a déclaré un porte-parole de l'OTAN.


Les pays du Caucase du Sud face à un dilemme


Les pays du Caucase du Sud font face à un dilemme difficile alors qu'ils cherchent à équilibrer leurs relations avec la Russie et l'Occident.


L'Arménie a des liens étroits avec la Russie, mais elle souhaite également développer ses relations avec l'Occident. La Géorgie aspire à rejoindre l'OTAN, mais elle est également soucieuse de ne pas provoquer la Russie. L'Azerbaïdjan a des relations complexes avec la Russie, mais il coopère également avec l'OTAN dans le cadre du Partenariat pour la paix.


Les visites de haut niveau de Moscou et de l'OTAN témoignent de l'importance stratégique du Caucase du Sud et de la rivalité croissante entre les deux blocs pour l'influence dans la région.


Conclusion


La visite du secrétaire général de l'OTAN dans le Caucase du Sud a déclenché une guerre des mots entre Moscou et l'OTAN, chacun accusant l'autre d'intentions malveillantes dans la région. Les pays du Caucase du Sud seront probablement confrontés à une pression croissante de la part de la Russie et de l'Occident alors que ces deux blocs cherchent à étendre leur influence dans une région stratégiquement importante.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...