Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Moscou se moque des « alarmismes » de Pachinian

Par TheArmTimes

Moscou dénonce les "alarmismes" de Pachinian


Moscou interpelle le Premier ministre arménien


Le ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé mercredi les accusations "alarmistes" de Nikol Pachinian, qui tente d'intimider les Arméniens pour justifier ses projets de concessions territoriales supplémentaires à l'Azerbaïdjan.


Pression occidentale et solutions unilatérales


La porte-parole du ministère, Maria Zakharova, a affirmé que Pachinian avait cédé à la pression occidentale en adoptant des "solutions unilatérales aux questions territoriales controversées". Elle a souligné que l'intimidation n'était pas une solution efficace et qu'il fallait plutôt résoudre ces problèmes de manière constructive.


Des accusations sans fondement


Zakharova a réfuté les allégations de Pachinian selon lesquelles l'Azerbaïdjan attaquerait l'Arménie si elle ne cédait pas les zones frontalières près des villages de la province de Tavush. Elle a rappelé l'existence d'une commission sous médiation russe pour la délimitation de la frontière arméno-azerbaïdjanaise, qui constitue le mécanisme approprié pour traiter ces questions.


La résistance des villageois


La plupart des habitants des villages concernés s'opposent à la rétrocession de ces zones, craignant de perdre leurs terres, d'être isolés et de devenir plus vulnérables aux attaques azerbaïdjanaises. Pachinian a défendu ses projets lors d'une séance de questions-réponses au Parlement, où il a été accusé par l'opposition d'être un "agent immobilier azerbaïdjanais".


Les concessions de Pachinian


Pachinian a reconnu que les quatre villages frontaliers désertés revendiqués par l'Azerbaïdjan ne faisaient pas partie du territoire arménien reconnu internationalement. Il n'a cependant pas nié que Bakou n'était pas prêt à restituer les territoires arméniens capturés au début des années 1990 en échange du retrait des Arméniens.


Les cartes soviétiques comme base de la délimitation


L'administration Pachinian a insisté jusqu'à récemment sur l'idée d'échanger ces zones ou de procéder à des retraits mutuels de troupes dans le cadre d'une délimitation et d'une démarcation de la frontière arméno-azerbaïdjanaise, en s'appuyant sur les cartes militaires soviétiques établies dans les années 1970. Bakou continue cependant de rejeter cette proposition.


L'accord d'Almaty et les revendications territoriales


Pachinian a souligné l'accord selon lequel l'Arménie et l'Azerbaïdjan reconnaissent mutuellement leur intégrité territoriale sur la base de la Déclaration d'Almaty de 1991. Toutefois, les dirigeants azerbaïdjanais ne l'ont pas réaffirmé publiquement, ce qui soulève des inquiétudes quant à de nouvelles revendications territoriales sur l'Arménie.


Conclusion


Moscou a fermement condamné les tentatives de Pachinian de justifier ses concessions territoriales par des alarmismes infondés. Le ministère russe des Affaires étrangères réitère l'importance d'une résolution pacifique et constructive de ces questions, dans le respect de l'intégrité territoriale des deux pays.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...