Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Nikol Pashinyan : La frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan doit être délimitée sur la base de la déclaration d'Alma Ata de 1991

Par TheArmTimes

Nikol Pashinyan : la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan doit être délimitée selon la déclaration d'Alma Ata de 1991


Les entretiens avec les populations des villages de Kirants et Aygepar de la province de Tavush ont revêtu une grande importance. C'est ce qu'a déclaré mercredi le Premier ministre Nikol Pashinyan lors de la séance de questions-réponses de l'Assemblée nationale avec le gouvernement arménien.


"Les inquiétudes des habitants de Voskepar, Kirants et des villages voisins sont toutes légitimes. Ce que je dis, c'est que nous devons résoudre ce problème", a notamment ajouté Pashinyan.


Et face aux accusations selon lesquelles les autorités arméniennes céderaient plusieurs villages de la province de Tavouch à l'Azerbaïdjan, Pashinyan a déclaré : « Lorsque nous disons « cession », nous devons savoir ce que nous cédons. De quelle cession s'agit-il ? La position des autorités est la suivante : la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan doit faire l'objet d'une délimitation basée sur la déclaration d'Alma Ata de 1991, puis d'une démarcation. Ce qui est à nous est à nous, ce qui n'est pas à nous n'est pas à nous. Nous serons guidés par cette logique. C'est le facteur le plus important pour assurer la sécurité de l'Arménie. "


Une déclaration d'Alma Ata historique


La déclaration d'Alma Ata, signée en 1991, est un document fondamental dans le processus de délimitation de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Elle établit que les frontières des États signataires doivent être déterminées sur la base des frontières administratives de l'époque soviétique.


Une position claire et ferme


La position du Premier ministre Pashinyan est claire : la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan doit être délimitée sur la base de la déclaration d'Alma Ata de 1991. Cela signifie que les deux pays doivent respecter les frontières administratives qui existaient avant l'effondrement de l'Union soviétique.


Des inquiétudes légitimes


Les habitants des villages de Kirants et Aygepar ont exprimé leurs inquiétudes quant à une éventuelle cession de leurs terres à l'Azerbaïdjan. Ces inquiétudes sont légitimes, car la délimitation de la frontière pourrait avoir un impact significatif sur leur vie quotidienne.


Un dialogue nécessaire


Afin de résoudre ce problème, un dialogue ouvert et constructif entre les autorités arméniennes et les populations concernées est essentiel. Le Premier ministre Pashinyan a souligné la nécessité de trouver une solution qui soit acceptable pour toutes les parties.


Un facteur de sécurité


La délimitation de la frontière sur la base de la déclaration d'Alma Ata de 1991 est un facteur important pour assurer la sécurité de l'Arménie. Cela permettra de clarifier les limites territoriales et de réduire le risque de conflits futurs.


Une question de souveraineté


La délimitation de la frontière est également une question de souveraineté. Elle permettra à l'Arménie de contrôler ses frontières et de maintenir son intégrité territoriale.


Un processus complexe


Le processus de délimitation de la frontière sera complexe et prendra du temps. Il nécessitera des négociations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, ainsi que l'implication d'organisations internationales.


Un enjeu majeur


La délimitation de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan est un enjeu majeur pour les deux pays. Elle aura un impact significatif sur leur sécurité, leur stabilité et leurs relations bilatérales.


Conclusion


La position du Premier ministre Pashinyan est claire : la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan doit être délimitée sur la base de la déclaration d'Alma Ata de 1991. Il s'agit d'une position légitime et fondée sur le respect du droit international. Le processus de délimitation sera complexe et prendra du temps, mais il est essentiel pour assurer la sécurité et la stabilité de la région.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...