Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Pachinian remet en question l'engagement de Bakou en faveur de la délimitation des frontières

Par TheArmTimes

** Pachinian remet en question l'engagement de Bakou en faveur de la délimitation des frontières **


** Introduction **


Le Premier ministre Nikol Pachinian a soulevé des doutes quant à la sincérité de l'Azerbaïdjan dans son engagement envers l'intégrité territoriale de l'Arménie, dans le cadre d'un débat en cours sur la démarcation des frontières entre les deux nations.


** Les quatre villages contestés **


Le litige porte sur quatre villages azerbaïdjanais occupés par les forces arméniennes dans les années 1990, puis annexés à la province arménienne de Tavush. L'Azerbaïdjan, en représailles, a pris le contrôle de terres agricoles appartenant à des villages arméniens de Tavush, tout en niant toute occupation de territoire arménien.


** La proposition de Pachinian **


Le 12 mars, Pachinian a annoncé son intention de céder les quatre villages inoccupés et en ruines à l'Azerbaïdjan, suscitant une vive opposition parmi les Arméniens vivant dans les villages voisins de Tavush. Ils craignent de perdre l'accès à leurs terres agricoles, de rencontrer des difficultés de communication et d'être plus vulnérables aux attaques azerbaïdjanaises.


** L'opposition arménienne **


L'opposition arménienne a également critiqué le projet de Pachinian, arguant qu'il nuirait aux habitants de Tavush et encouragerait Bakou à revendiquer davantage de territoires arméniens. Ils ont rejeté les affirmations du Premier ministre selon lesquelles l'Arménie risquait l'invasion si elle ne faisait pas de concessions unilatérales.


** La position de Pachinian **


Pachinian a rejeté ces accusations, affirmant que l'Azerbaïdjan cherchait un prétexte pour lancer une nouvelle guerre à grande échelle. Il a réitéré que l'Arménie ne revendiquait aucun territoire au-delà de ses frontières internationalement reconnues, y compris les villages cités par l'Azerbaïdjan.


** La réticence de Bakou **


Pachinian a déploré la réticence de Bakou à reconnaître explicitement l'intégrité territoriale de l'Arménie et à s'engager dans une véritable délimitation de la frontière. Il a déclaré que l'Arménie était prête à entamer un processus de délimitation et de démarcation si l'Azerbaïdjan en faisait de même.


** Les cartes militaires soviétiques **


Erevan a proposé d'utiliser les cartes militaires soviétiques des années 1970 comme base pour la délimitation des frontières, une position soutenue par l'Union européenne mais rejetée par Bakou.


** Les perspectives de délimitation **


Un analyste politique arménien a exprimé son scepticisme quant à l'espoir des autorités arméniennes de parvenir à un accord sur les cartes parallèlement au retrait unilatéral arménien.


** La voie de l'apaisement **


Les opposants politiques de Pachinian soutiennent que l'Arménie ne gagnera rien en faisant des concessions unilatérales, affirmant que cette politique d'apaisement ne conduira pas à une paix durable.


** Conclusion **


Le débat sur la délimitation des frontières entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan demeure dans l'impasse, le Premier ministre arménien Pachinian remettant en question l'engagement de Bakou en faveur de l'intégrité territoriale. L'opposition à sa proposition de céder des villages contestés met en évidence les défis à relever pour trouver une solution mutuellement acceptable. Les perspectives de paix et de stabilité dans le Caucase du Sud dépendent de la capacité des deux parties à dépasser leurs différends et à s'engager dans un dialogue constructif.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...