Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Quel « en même temps » ? par Ara Toranian

Par TheArmTimes

Quel "en même temps" ? par Ara Toranian


Introduction : Une rencontre tripartite qui suscite des inquiétudes


Le 5 avril prochain, une réunion tripartite aura lieu à Bruxelles entre Anthony Blinken, Ursula von de Leyen et Nikol Pachinian. Cette rencontre suscite des inquiétudes tant du côté russe, qui exprime son "inquiétude", que du côté azerbaïdjanais, qui y voit un "risque de nouvelles divisions dans la région".


Les craintes convergentes de Moscou et de Bakou


La convergence des points de vue de Moscou et de Bakou au sujet d'Erevan n'est pas nouvelle. Elle s'est particulièrement renforcée depuis la Révolution de velours, qui remet en cause les fondements du partenariat stratégique signé en 1997 entre l'Arménie et la Russie.


Les mobiles distincts de Poutine et d'Aliev


L'animosité contre les autorités arméniennes rapproche Poutine et Aliev, bien que leurs motivations soient distinctes : une logique punitive et une volonté impérialiste de dominer pour le premier, un désir "d'en finir" dans la continuité du génocide ottoman pour le second.


Les risques accrus pour l'intégrité physique de l'Arménie


Cette concorde russo-azerbaïdjanaise, bien que conjoncturelle, alourdit les risques pour l'intégrité physique de l'Arménie. La complicité de la Russie avec le régime Aliev entrave la capacité de l'Arménie à profiter des contradictions entre ces deux États.


Les erreurs stratégiques du gouvernement de Pachinian


Malgré ses démarches de diversification de ses partenariats, le gouvernement de Pachinian a commis des erreurs en aiguisant les antagonismes avec Moscou. Cela a fait le jeu de l'Azerbaïdjan et de la Turquie, ainsi que des milieux conservateurs européens.


L'Arménie mérite mieux


L'Arménie mérite une approche plus équilibrée. Les menaces qui pèsent sur son existence devraient susciter plus de soutien et de souplesse. Elle pourrait ainsi naviguer entre l'Est et l'Ouest en recherchant des points de convergence et en évitant les conflits inutiles.


Des exemples d'équilibre stratégique dans le voisinage de l'Arménie


Des États comme la Turquie, Israël, la Hongrie et même l'Azerbaïdjan parviennent à maintenir un équilibre entre l'Est et l'Ouest. L'Arménie pourrait s'inspirer de leurs stratégies.


Les doutes sur la capacité de l'Arménie à être un pont


Les tensions croissantes font douter de la capacité actuelle de l'Arménie à jouer son rôle de pont entre l'Est et l'Ouest. Le risque qu'elle devienne une ligne de fracture, voire un front, ne peut être exclu.


Nécessité de promouvoir l'Arménie comme facteur de dialogue


Il est essentiel de relancer la réflexion sur les moyens de promouvoir l'Arménie comme facteur de dialogue et de convergence. Ses besoins vitaux coïncident avec les intérêts historiques de la Russie, des démocraties occidentales et d'une partie de l'Orient non inféodée au panturquisme.


Le rôle potentiel de la diaspora arménienne


La diaspora arménienne pourrait jouer un rôle dans la promotion de l'Arménie comme facteur de dialogue. Elle pourrait contribuer à mobiliser les efforts internationaux, tout en restant à sa juste place.


Conclusion : Un "en même temps" possible et nécessaire


L'Arménie peut aspirer à un "en même temps" : satisfaire ses besoins vitaux tout en favorisant le dialogue et la convergence entre l'Est et l'Ouest. La clé réside dans une stratégie équilibrée, une diplomatie habile et la valorisation des atouts de la diaspora arménienne.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...