Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Tony Blair cherche à jouer un rôle dans la prochaine COP29

Par TheArmTimes

Tony Blair : Enquête sur ses ambitions pour la COP29


L'ancien Premier ministre britannique, Tony Blair, souhaite jouer un rôle clé dans les prochaines négociations de la COP29 sur le changement climatique, qui se tiendront en Azerbaïdjan. Selon un rapport de Politico, Blair et son organisation, le Tony Blair Institute for Global Change (TBI), ont proposé leur aide au gouvernement azerbaïdjanais dans l'organisation de cet événement crucial.


Engagement auprès d'un État autoritaire


Cette initiative intervient malgré les critiques précédentes concernant les liens de Blair avec l'Azerbaïdjan, notamment son soutien à un gazoduc controversé dans le pays, qualifié de "bombe à carbone" par certains activistes. Les révélations suggèrent que le TBI, aux côtés de géants du conseil comme Boston Consulting Group (BCG) et Deloitte, pourrait contribuer à l'organisation de la COP29.


Influence des consultants et des institutions


Cela met en évidence l'influence continue des consultants et des acteurs institutionnels dans les négociations internationales sur le changement climatique, même si leurs intérêts ou leurs antécédents peuvent sembler contraires aux objectifs de lutte contre le changement climatique.


Blair : Présence controversée


Blair et le TBI n'ont pas démenti ces affirmations, mais ont déclaré qu'ils ne travaillaient pas encore officiellement avec le gouvernement azerbaïdjanais, connu pour son autoritarisme. Cependant, un porte-parole du TBI a indiqué qu'ils étaient disposés à soutenir les efforts liés à la COP29.


Antecedentes dans l'énergie fossile


L'implication de Blair dans des projets d'énergie fossile, comme son rôle de conseiller auprès d'un consortium dirigé par BP pour la construction du Corridor gazier sud (CGS), a suscité des critiques de la part des écologistes. Ce projet, qui vise à acheminer le gaz naturel de la mer Caspienne vers le sud de l'Italie, a été présenté par certains comme une alternative essentielle au gaz russe, en particulier après l'invasion de l'Ukraine. Cependant, les critiques soutiennent qu'il perpétue la dépendance aux combustibles fossiles.


Liens avec des régimes autoritaires


Les liens étroits de Blair avec des régimes autoritaires, comme le gouvernement d'Ilham Aliyev en Azerbaïdjan, et son historique de lobbying en faveur d'intérêts liés aux énergies fossiles soulèvent des questions sur les contradictions inhérentes à son rôle proposé dans les négociations sur le climat.


Financement philanthropique


Le financement du TBI par des dons de grandes fondations philanthropiques, notamment une récente contribution de 375 millions de dollars de la fondation du milliardaire américain de la technologie Larry Ellison, témoigne de l'ampleur des ressources dont dispose Blair pour influencer les politiques mondiales sur le climat et d'autres questions.


Gouvernance mondiale du climat : défis et contradictions


À l'approche de la COP29, les actions et les affiliations passées de personnalités comme Tony Blair mettent en évidence les défis de la gouvernance mondiale du climat. Elles illustrent comment les intérêts économiques, les ambitions politiques et les impératifs environnementaux se croisent sur la scène internationale, même lorsque l'événement concerné met à l'honneur un régime autoritaire accusé de nettoyage ethnique.


Conclusion


Le rôle potentiel de Tony Blair dans la COP29 soulève de graves questions sur les contradictions et les défis de la gouvernance mondiale du climat. Il est essentiel d'examiner les intérêts et les antécédents des acteurs impliqués dans ces négociations afin de garantir que les objectifs de lutte contre le changement climatique soient véritablement prioritaires.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...