Choisissez votre langue
Publié dans actualités

Un envoyé de l’UE déplore les « menaces » azéries contre l’Arménie

Par TheArmTimes

Un envoyé de l'UE déplore les « menaces » azéries contre l'Arménie


Introduction


Les tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan ont connu une nouvelle escalade, l'Union européenne condamnant les "menaces" proférées par l'Azerbaïdjan contre son voisin arménien. Cette situation a soulevé des inquiétudes quant à la stabilité régionale et au processus de paix en cours.


Les menaces de l'Azerbaïdjan


Toivo Klaar, envoyé spécial de l'UE dans le Caucase du Sud, a dénoncé les menaces contre l'Arménie dans les médias azerbaïdjanais. Il a souligné que ces menaces sont inacceptables et qu'elles entravent les efforts de négociations pacifiques.


Malgré les accusations de Klaar, le gouvernement azerbaïdjanais a nié toute implication dans ces menaces. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Aykhan Hajizade, a déclaré que l'UE ignorait les appels des médias arméniens à poursuivre "l'occupation" des terres azerbaïdjanaises.


Les revendications de l'Azerbaïdjan


L'Azerbaïdjan exige le retrait inconditionnel des Arméniens de quatre villages frontaliers en ruine qui étaient sous contrôle azerbaïdjanais jusqu'en 1991-1992. Selon Bakou, ces villages "ne font pas l'objet d'un différend territorial".


La position arménienne


Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, s'est déclaré prêt à céder ces zones à l'Azerbaïdjan. Cependant, cette décision a suscité l'opposition des habitants des villages frontaliers arméniens voisins et des détracteurs de Pachinian.


Pachinian a affirmé que l'Azerbaïdjan attaquerait l'Arménie si elle ne faisait pas cette concession unilatérale. Ses opposants contestent cette affirmation, arguant que la cession ne ferait que créer des risques supplémentaires pour la sécurité de l'Arménie.


L'appel de l'UE


L'UE a exhorté les deux parties à s'engager dans de véritables négociations sur la délimitation des frontières et à régler pacifiquement tous les différends territoriaux. Elle a également souligné l'importance de respecter les droits de l'homme et le droit international.


Les risques pour la stabilité régionale


Les tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan constituent une menace pour la stabilité régionale. Les affrontements armés se poursuivent le long de la frontière, et les deux parties s'accusent mutuellement d'actes de provocation.


L'implication de la Russie et de la Turquie


La Russie et la Turquie jouent un rôle important dans le conflit. La Russie est un allié militaire de l'Arménie, tandis que la Turquie soutient l'Azerbaïdjan. L'implication de ces puissances extérieures complique les efforts de paix.


Les perspectives de paix


Les perspectives de paix entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan restent incertaines. Les deux parties ont exprimé leur volonté de négocier, mais aucun accord n'a encore été trouvé. La situation reste tendue et les risques de nouvelles escalades sont élevés.


Conclusion


Les "menaces" proférées par l'Azerbaïdjan contre l'Arménie ont suscité de vives inquiétudes au sein de la communauté internationale. L'UE a appelé à la retenue et à des négociations pacifiques. Toutefois, les tensions persistent et les perspectives de paix restent incertaines. Il est essentiel que les deux parties fassent preuve de volonté politique et s'engagent dans un dialogue constructif pour éviter une nouvelle escalade et parvenir à une solution durable au conflit.

0 Commentaires

Vous pouvez lire aussi...